Champ de Cistes

Je photographie les joueurs du MHR – Montpellier Hérault Rugby depuis plusieurs années, de la préparation physique jusqu’aux matchs ou aux troisièmes mi-temps. Ce sont d’abord des corps que je photographie, sous la lumière des terrains ou dans l’ombre des vestiaires. Des corps en mouvement ou en tension, des corps solitaires ou réunis, des regards circonspects ou complices. En portant un regard tantôt amusé tantôt irrévérencieux sur ces hommes le plus souvent définis par leur puissance, leur héroïsme et leur force physique. Champ de Cistes contourne cette image de gladiateurs des temps modernes qui collent à la peau des joueurs de rugby pour dévoiler l’intimité d’instants de vie détachés du jeu.

I’ve been photographing MHR – Montpellier Hérault Rugby – players for a number of years now, from their pre-match physical preparation to the matches themselves, or the wild post-match celebrations. I photograph the bodies, on the light-flooded pitches or in the shadows of the locker rooms. Tense bodies in motion, solitary or reunited, wary or knowing glances. I shed an amused or irreverent eye upon these men, customarily defined by their power, heroism and physical strength. Champ de Cistes bypasses the image of modern-day gladiators that sticks to the rugby player’s skin, unveiling intimate snatches of life away from the game.