Retour du Burkina

Un carnet de voyage débute parfois par un objet. Ici : questionner le quotidien de la jeunesse burkinabé issue de la classe moyenne et petite bourgeoisie, au cours de trois séjours sur une période de dix ans. Le récit visuel que j’en rapporte témoigne d’une communauté en perte de repères, tiraillée entre traditions et modernité. Animisme et croyances versus numérique et technologies : à la manières des carnets de voyage, Retour du Burkina dépeint les rencontres humaines et sociétales qui émanent d’une culture et de mondes contrastés.

A travel journal sometimes begins with an intention. Mine was to explore the daily lives of the middle and upper-middle class Burkinabe youth during three trips that I made over a period of ten years. My visual narrative reveals a community that has lost its way, torn between tradition and modernity. Animism and beliefs versus digital and technology: Retour du Burkina unfolds like a travel journal, depicting human and social encounters, emanating from contrasting cultures and worlds.